Islande

Une journée sous le signe de la glace – JOUR 3

2 avril 2016
Itinéraire jour 3 islande

Kilométrage estimé sur la journée : 326km.
Durée estimée : 4h.

Une grosse journée nous attend aujourd’hui, la plus grosse de notre séjour ! Avant de partir en Islande, j’appréhendais beaucoup cette journée car je n’étais pas sûre d’être capable de conduire autant et aussi longtemps. Allez, on va encore en prendre plein les yeux alors on ne pense pas à la route !

Evidemment, aujourd’hui ça aura été la pire journée du voyage côté météo : beaucoup de pluie et des nuages bas. On quitte notre chambre sous des trombes d’eau et on se dirige vers Vík pour faire notre premier plein d’essence.

Premier gros stress de la journée : comment on fait le plein en Islande ???
On s’arrête dans la première station essence que l’on voit. Je sors de la voiture pour aller ouvrir mon réservoir d’essence. Impossible : le cache ne se relève pas. Je retourne dans la voiture, on regarde avec Antoine s’il y a un bouton à l’intérieur pour l’ouvrir mais non … Antoine regarde alors dans le manuel. Il y a bien un bouton, juste en dessous de celui pour ouvrir le capot. C’est bon, on le trouve et je peux ouvrir le réservoir 🙂

Je ressors donc de la voiture, je prends ma carte bleue et je vais vers l’automate. Mais comment ça marche ? On me demande de rentrer un prix avant de prendre de l’essence ? un prix en ISK évidemment … On apprendra par la suite (on a demandé à Google le soir même) que les stations essences islandaises fonctionnent de la même manière que celles aux Etats-Unis : il faut entrer le montant que l’on veut mettre et la pompe s’arrête toute seule une fois que le prix est atteint. Et bien sur, si l’on met un prix trop élevé, la machine s’arrête au plein. Ce n’est pas compliqué en fait.
Je décide de mettre l’équivalent de 20 ou 25€ en couronnes islandaises. Je suis trempée avec cette pluie mais j’arrive à faire mon plein sans problème.

Une fois fait, je retourne vite dans la voiture : je suis déjà trempée à cause de cette grosse pluie.
Et là … impossible de trouver les clés de la voiture ! Je ressors paniquée, je retourne toutes mes poches, je regarde au niveau de l’automate, je regarde près de la voiture, sous la voiture, dans la voiture … rien …
Finalement, au bout de plusieurs minutes de gros gros stress, Antoine les retrouve coincées entre les deux sièges avant.

OUF ! On peut enfin partir !

Jökulsárlón : le lac aux icebergs

Je profite du mauvais temps pour tracer vers le Jökulsárlón. En lisant différents blogs, j’avais lu que c’était un des lieux préféré des voyageurs en Islande.
J’avale donc les 200km en un peu moins de 3h et après quelques arrêts photo en chemin, on arrive au lac pour le repas de midi.

On gare la voiture devant le lac et après avoir mangé notre sandwich jambon-fromage bien au chaud en regardant les icebergs, on profite d’une accalmie pour se balader autour du lac. C’est très joli mais je suis un peu déçue car je m’attendais à voir beaucoup plus d’iceberg. Ça ne devait pas être la bonne saison pour ça.
C’est quand même très impressionnant et on voit bien le glacier qui se jette dans le lac.

On verra nos premiers phoques dans le lac et, chose plus étonnante, nos premiers jeunes mariés en session de photo !

Parc national de Skaftafell

L’après-midi commence à être bien entamée et il est temps de repartir en direction du parc de Skaftafell.
Je m’étais notée deux randonnées à faire : une pour voir une jolie cascade, une autre pour aller voir le glacier. Les deux étant dans des directions opposées, nous devons en choisir une : ce sera le glacier !
Comme il s’est remis à pleuvoir, on ajoute les k-ways (pantalon + veste) à tout notre attirail. On est ridicule mais on ne sera pas embêté par la pluie.

La balade est très facile et on arrive rapidement au glacier. Malgré les nuages bas, les couleurs sont magnifiques : le blanc, bleu et gris du glacier, le noir du sable volcanique, les différentes teintes de vert, rouge et jaune de la flore …
J’ai adoré ! On avait l’impression d’être seul au monde.

Randonnée dans Skaftafell
Glacier au Skaftafell

Une fois de retour à notre point de départ, j’hésite à partir de l’autre côté pour voir la cascade. Mais, le ciel recommence à s’assombrir, il se fait tard et la journée a été éprouvante. On décide de reprendre la route pour pouvoir se reposer dans notre chalet du soir.

C’est sur : on reviendra un jour un Islande et on passera plus de temps dans ce parc !

La chasse aux aurores boréales

Le chemin du retour passe assez vite malgré la fatigue et on prends possession de notre chalet un peu avant 20h. Ce sera la seule fois du séjour où on aura un appartement pour nous tout seul.
Et ça tombe bien parce que ce sera la nuit la plus « agitée » en aurores boréales ! On passera donc la soirée et début de nuit dans le noir, à attendre (au chaud) que le ciel se dégage pour espérer voir des aurores.

Et après plusieurs orages, on a pu avoir deux trouées dans le ciel d’environ 20min chacune qui nous ont permis de voir les premières aurores boréales de notre vie !!!
Heureusement que l’on savait qu’à l’œil nu les aurores étaient blanches (comme des faisceaux lumineux dans le ciel), sinon on les aurait certainement ratées. Pour voir le vert à l’œil nu, il aurait fallu avoir une plus grosse activité solaire. Mais ce n’est pas grave, c’était très joli, on en garde d’excellents souvenirs … et le vert apparaît quand même sur les photos 😉

Mais, où est-ce qu’on dort ?

Pour cette nuit, nous aurons un chalet entier pour vous ! Nous avons réservé au Hörgsland Cottages pour 69€ le chalet de 3 chambres.

Le lit est assez petit avec un matelas pas terrible (surtout comparé à ceux des maisons d’hôte) mais ça ne nous a pas dérangé. On était bien content d’avoir un chalet rien que pour nous ! Nous y retournerons volontiers.
Et en bonus, nous avons pu profiter de la terrasse pour notre chasse aux aurores boréales !

Vous aimerez aussi :

Laisser un commentaire